baraques_leonie

 

Les baraques ont leur histoire : origine et évolution d'un habitat illusoire !
Sans contraintes  paysagères ou bien réglementaires juste celles de l'imaginaire…

Travail artistique figuratif, à mi-chemin entre la peinture et l'illustration , l’univers des « Baraques » décline l'habitat sous toutes ses formes mais aussi les moyens de transports, le mobilier urbain, les objets du quotidien. Une représentation poétique et onirique de la ville ou du monde rural. Jamais représentés, les habitants sont toutefois suggérés par les traces de leurs activité.

La spécificité de ces œuvres réside principalement dans l'utilisation du relief, ce qui invite le spectateur à déambuler dans ces citées rêvées en déployant son propre imaginaire.  Comme à l’instant du lever de rideau sur une scène de théâtre où le décor attend encore l’histoire à venir…

En effet les « tableaux ajourés » et les « boîtes à rêves » présentent des scènes entièrement découpés, ajourées et disposées en plans successifs. Chaque création mèle différente techniques ; les visuels sont peints à l'acrylique puis ombrés à l'aquarelle et à l'encre,  retravaillés à la mine de plomb enfin une touche de pastel accentue la mise en lumière. La perspective est volontairement faussée afin d’accentuer le caractère chimérique des paysages urbains représentés. De menus détails insérés dans les différents plans invitent le spectateur à se promener littéralement dans les tableaux. Grâce au  relief le tableau change en fonction de l'éclairage qui modifie les ombres portées. L’effet de relief est moins marqué sur les toiles puisque les différents plans sont directement superposés les uns aux autres.
Les « attrapes rêves » revisitent la légende amérindienne d'Iktomi en proposant une image peinte surgie d'un songe et capturée dans un anneau réalisé en fil de fer recuit.